Coupo Santo

La Coupo Santo est l’hymne de la Provence.

Histoire de la Coupo Santo
Son origine remonte au 30 juillet 1867 lorsque qu’une coupe en argent fut remise aux félibres provençaux par les félibres catalans en remerciement à l’accueil réservé au poète exilé Victor Balaguer.
Fredéric Mistral écrivit les paroles de ce chant qui est aujourd’hui un des symboles culturels forts de la Provence.

Description de la Coupo Santo :
De forme antique, la coupe est composée d’une conque supportée par palmier sur lequel s’appuient deux jeunes femmes : la Catalogne et la Provence.

Faite par le statuaire Fulconis et fondue par Jarry, on peut y lire l’inscription :
« Record ofert per patricis catalans als félibres provenzals per la hospitalitat al poeta Victos Balaguer – 1867 »
« Présent offert par les patriotes catalans aux félibres provençaux pour l’hospitalité donnée au poète catalan Victor Balaguer en 1867 ».

Sur le socle sont gravés les vers :

« Morts diuhen qu’es
Mès jo la crech viva »

« On la dit morte
Mais moi je la crois vivante »
Victor Balaguer

« Ah! se me sabien entèndre
Ah! se me voulien segui! »

« Ah! si on savait me comprendre
Ah! si on voulait me suivre »
Frédéric Mistral

commentaires

  1. Jean marc affirme: août 7, 2016 at 2:34

    La coupo santo n’est pour moi qu’un chant inventé par des intellectuels « les félibres » qui pour une volonté purement politique ont cherché à le faire adopté comme un « hymne » par une population en recherche de son identité provençale. Si un hymne regroupant tout le sud doit être adopté ce doit être l’hymne occitan « secanto ». Sinon faisons un hymne pour la région niçoise , corse, basque etc…! Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *